Sorcières / Witches [Travail en cours / WIP]

« Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l’intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière. » Manifeste de WITCH (Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell).

L’histoire de l’art regorge de représentations féminines menaçantes : gorgones pétrifiantes, inquiétantes magiciennes, diaboliques tentatrices ou repoussantes vieillardes maitresses des poisons… Toutes sont marquées du sceau de l’infamie, emprisonnées à jamais derrière un mot qui se voulait une insulte autant qu’une condamnation : Sorcières !

Observées à la lumière de notre siècle, ces inquiétantes images laissent entrevoir les guérisseuses et les accoucheuses, les libres penseuses, les rebelles à toute autorité et les esprits éclairés qui tentaient de se faire entendre dans une société qui leur imposait le silence.

À travers son projet photographique, Sarah convoque les anciennes peurs collectives qui ont ouvert la porte à une extravagante diabolisation, nous rappelant le chemin parcouru depuis les bûchers et nous renvoie à notre propre rapport à la féminité. Elle nous propose une envoûtante immersion dans cette identité complexe et mystérieuse qui se dérobe à toute définition, fluctuant au gré des femmes qui l’incarnent depuis la nuit des temps.

Chaque œuvre de cette série lève un peu plus le voile de la peur et de l’incompréhension pour révéler la puissance, la beauté et le courage trop longtemps passé sous silence.

Aujourd’hui plus que jamais, chaque femme, à chaque époque de sa vie, peut se retrouver dans une des nombreuses facettes de la sorcière ; qu’elle soit solitaire, matriarche, savante, rêveuse, militante, secrète, rebelle, mystique, séductrice, indépendante, qu’elle parle haut ou refuse de sortir de l’ombre… En s’éloignant des normes patriarcales séculaires, les femmes du 21e siècle se reconnectent plus que jamais à cette fascinante allégorie de l’éternel féminin qui a traversé les âges, depuis les envoûtantes magiciennes antiques et les déesses-mères païennes, jusqu’à la figure aujourd’hui érigée en étendard de la liberté et de la fierté féminine qu’est devenue la Sorcière.

Witches: [Work in Progress]

« If you are a woman and you dare to look inside yourself, then you are a witch. » WITCH (Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell) Manifesto.

The history of art is full of threatening feminine representations: petrifying gorgons, disturbing magicians, diabolical temptresses or repulsive old women mistresses of poisons… All of them are marked with the seal of infamy, imprisoned forever behind a word that was intended as an insult as much as a condemnation: Witches!

Observed in the light of our century, these disturbing images give a glimpse of the healers and birth attendants, the free thinkers, the rebels against all authority and the enlightened spirits who tried to make themselves heard in a society that imposed silence on them.

Through her photographic project, Sarah summons up the old collective fears that opened the door to an extravagant demonization, reminding us of the path we have taken since the burning at the stake, and sends us back to our own relationship to femininity. She offers us a bewitching immersion in this complex and mysterious identity that eludes definition, fluctuating with the women who have embodied it since the dawn of time.

Each work in this series lifts the veil of fear and incomprehension to reveal the power, beauty and courage that have been silenced for too long.

Today more than ever, every woman, at every stage of her life, can find herself in one of the many facets of the witch; whether she is solitary, matriarch, scholar, dreamer, militant, secret, rebel, mystic, seductress, independent, whether she speaks out or refuses to come out of the shadows… By moving away from age-old patriarchal norms, women of the 21st century are reconnecting more than ever to this fascinating allegory of the eternal feminine that has crossed the ages, from the bewitching ancient magicians and pagan mother-goddesses, to the figure today erected as a standard of freedom and feminine pride that the Witch has become.